III. Peut-on guérir du daltonisme ? Comment dépiste-t-on le daltonisme ?

1) Traitements

     Le daltonisme n’évolue pas au cours du temps.

 

     De nos jours aucun traitement ni produit ne restituent une vision normal à un daltonien (sauf si la maladie est du au glaucome et au diabète), même si des stimulations électriques, des cures de vitamines et des injections d’iode ont été proposés, aucun des résultats n’a été satisfaisant.

 

     Une lentille nommée X-chrom de couleur rouge, inventé par Zelter en 1971, a permis à certains daltoniens de discerner davantage les contrastes sans pour autant mieux voir les couleurs. Elle crée cependant la controverse car son port peut entraîner des troubles visuels.

 

     Il existe également des « yeux électroniques portatifs » qui annoncent via un dispositif sonore, les couleurs perçues. Mais ces appareils présentent des inconvenances et une dépense considérable pour le patient.

     En somme aucun verre, ni lentille ne constituent de solutions médicalement approuvées pour la correction du daltonisme.

 

 

 

2) Les tests de dépistages

 

 

Même si l’on ne peut pas guérir du daltonisme, les dépistages permettent de déceler le plus tôt possible les anomalies et apprendre à l’individu atteint comment vivre avec cette déficience.

Il existe plusieurs tests de dépistage selon l’âge des individus.

Chez l’enfant, la vision est définitive vers l’âge de 4 ans, il existe alors divers tests sous forme de jeux.

 

 

- Le test de Verriest (1981) : l’enfant doit placer des jetons de couleurs à la façon de domino.

 

 

 2.jpg

 

 

 

 

- le test de Pease et Allen (1988) : composé de quatre planches, elles ont chacune à un angle un petit carré. L’enfant doit être capable de discerner les couleurs. Chaque planche est montrée à plusieurs reprises.

 

 

 3.jpg

 

- le test de Fletcher-Hamblin : on présente à l’enfant deux dessins colorés 1 et 2. A l’aide du dessin 2, il doit distinguer au mieux la couleur la plus proche qu’on lui a présenté dans le 1 (ici le rouge foncé).

 

 

 4-1.jpg

 

 

- le test d’Optokinetic (mécanique) : des couleurs sont peintes sur un cylindre. Lorsqu’on le fait tourner, le mouvement des yeux de l’enfant nous indique s’il voit ces couleurs.

 

 

 5.jpg

 

 

- le test du « Color Vision Testing Made easy » (test de couleur en toute simplicité) : l’enfant doit retrouver le dessin correspondant aux planches de gauche.

 

 

 

 6.jpg

 

Il existe d’autres tests que certains employeurs effectuent sur des travailleurs pour vérifier s’ils ne sont pas daltoniens, mais cela ne concerne que les métiers interdits. Ces tests sont :

- le test de Holmgren (classement) : constitué de 40 écheveaux (assemblage de fils) et de 3 écheveaux de référence, les patients doivent les classer selon la similitude des teintes.

 

 

 

 

 7.jpg

 

 

- le test de Farnsworth (classement) : composé de plusieurs jetons colorés, le patient doit être capable de les classer selon leurs teintes par progression. Ce test quantifie les anomalies et doit donc être réservé dans un but bien précis.

 

 

 

8.jpg

 

 

- L’un des tests les plus communément utilisé est le test d’Ishihara Shinobu, créé en 1917.

Composé d’une palette de 38 planches pseudo isochromatiques (pseudo : simulation | isochromatique : couleur uniforme), elles sont généralement utilisées pour dépister les individus qui présentent des déficiences au rouge et au vert.

 

 


2-1.jpg

 

Les planches 22 à 27 sont les plus importantes car elles permettent de différencier les protans et les deutans (absence de la réception rouge et verte).

 




  - Le test que l’on effectue souvent à la suite du test d’Ishihara est le test de la lanterne de Beyne. Il sert à mesurer le degré du daltonisme. Ce test, très utilisé dans la marine et l’aviation, consiste à projetter des disques colorés dans la pénombre, à 5 mètres du patient durant une seconde. Une quelconque hésitation est considérée comme une faute.

 

 

10.jpg


 - L’anomaloscope est un appareil destiné à tester la vision des lumières colorées rouge-verte.

Il a pour principe, la comparaison entre une lumière colorée de référence avec une lumière colorée composée de différentes intensités du rouge et du vert.

 

11.jpg

9 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×